ENGLISH | FIL RSS
logo Forêt Fernand-Seguin

 

  Les actions
 
2010:
JANVIER - FÉVRIER - MAI - JUIN - JUILLET - AOÛT - SEPTEMBRE - OCTOBRE - NOVEMBRE
2009:
DÉCEMBRE - NOVEMBRE - OCTOBRE - SEPTEMBRE - AOÛT - JUILLET - JUIN - MAI - MARS - FÉVRIER - JANVIER
2008:
DÉCEMBRE - NOVEMBRE - OCTOBRE - SEPTEMBRE - AOÛT - JUILLET
 

NOVEMBRE 2010

Le Regroupement des citoyens de Léry dépose un rapport de consultation au Conseil de ville.

C'est à suivre...

OCTOBRE 2010

La consultation publique de Léry donne des résultats clairs! Près du quart des foyers de Léry se sont exprimé par écrit. 94% des répondants sont en faveur du plan proposé par le Regroupement des citoyens de Léry, soit la conservation intégrale du Corridor régional de conservation et concentration du développement dans une seule zone située près des limites de Maple Grove.

Bonne nouvelle! Conjointement avec les gouvernements du Québec et d’Ottawa, l’organisme Canards Illimités Canada achète le Refuge faunique Marguerite d’Youville et confère à ce territoire de plus de 200 hectares un statut de conservation à perpétuité. Situé sur l’Île Saint-Bernard, le refuge constitue une partie importante du Corridor vert.

SEPTEMBRE 2010

Un groupe de citoyens se mobilise et analyse les impacts possibles de la proposition de travail présentée par la firme Plania. Le «Regroupement des citoyens de Léry» est né. Ensemble, ils poussent plus loin la réflexion et élaborent eux-même une proposition de développement qui respecte les grandes orientations retenues et qui inscrit au plan les mesures nécessaires pour les atteindre.

• Préservation intégrale du territoire boisé qui s’appelle maintenant le Corridor régional de conservation.
• Concentration du développement domiciliaire dans une seule zone.
• Un aménagement densifié qui permet à la fois une rentabilité fiscale et un cadre de vie viable.

Un dépliant produit par le Regroupement des citoyens de Léry est distribué. Ce document explique aux citoyens les impacts des deux propositions de travail et leur demande leur avis.

21 SEPTEMBRE - Le Regroupement des citoyens de Léry organise une soirée d’information publique qui rassemble une centaine de citoyens. Les impacts d’un plan d’urbanisme y sont expliqués et leur plan y est présenté.

AOÛT 2010

Les membres du Conseil acceptent l’idée de la création d’un comité de citoyens qui veillera à recevoir et à soumettre un rapport de consultation des opinions qui auront été transmises par écrit à l’hôtel de ville.

JUILLET 2010

Les citoyens de Léry distribuent un dépliant dans les boites aux lettres de Léry qui explique les grandes orientations retenues par le Conseil de ville et propose un cadre acceptable de consultation publique.

JUIN 2010

Distribution du dépliant «Un parc dans ma cour» dans toutes les boites aux lettres des citoyens de Léry.

C’est devant une salle comble que les représentants de la firme Plania, consultants en urbanisme, présentent les grandes orientations de développement retenues par le Conseil de ville de Léry.

Les vagues énoncés avancés par les «experts» suscitent un tollé de la part des citoyens présents qui obtiennent peu de réponses claires à leurs questions. De plus, qu’une zone de développement soit prévue dans le corridor vert soulève l'indignation dans la salle.

En réponse à cette protestation, les membres du Conseil présents promettent de consulter les citoyens avant d’écrire la version finale du plan d’urbanisme. Mais l’offre de consultation proposée se résume ainsi: «donnez un coup de fil à votre conseiller».

C’est une majorité de citoyens plutôt frustrés qui quitte la salle…

MAI 2010

Dépôt de la pétition des 12 145 signataires au député provincial Pierre Moreau.

L’organisme d’horticulture et d’écologie de Châteauguay organise un rally horticole dans le corridor vert permettant ainsi aux amateurs de découvrir les plantes rares et la beauté du boisé.

Soirée d’information publique au Pavillon de l’Île.
Salle comble de partisans et de citoyens de Léry.

FÉVRIER 2010

Un groupe de citoyens de Léry distribue un dépliant décrivant les impacts d’un développement « murs à murs » de leur territoire et réclament une consultation publique sur un nouveau plan d’urbanisme.

JANVIER 2010

Dépôt de la pétition, des mémoires et d’un dépliant explicatif du projet de corridor régional de conservation aux 11 maires de la MRC Roussillon. SOS Forêt Fernand Seguin fait aussi parvenir ce dépliant à tous les conseillers municipaux des villes de la MRC.

Diffusion d’un reportage de l’émission La semaine verte à Radio Canada sur la forêt de Châteauguay. Ce reportage a été regardé par plus de 750 000 téléspectateurs.

> Visionner le reportage

Héritage Saint-Bernard, le Club des Ornithologues de Châteauguay et SOS Forêt Fernand-Seguin s’unissent et profitent d’une assemblée publique du Conseil de la Municipalité régionale de compté de Roussillon pour réclamer la reconnaissance du corridor vert comme site d’intérêt écologique dans le schéma d’aménagement. Cette demande est appuyée par le dépôt de la pétition et des inventaires qui confirment la haute valeur écologique du site ainsi que la volonté de la population des citoyens à conserver et à mettre en valeur ce futur parc d’intérêt national.

Les citoyens de Léry réclament une consultation publique sur l’avenir de leur ville car le statut actuel de petite municipalité tranquille risque d’être bouleversé par la construction d’un réseau d’aqueduc et d’égout qui pourrait ouvrir la porte au développement résidentiel mur à mur de leur territoire.

DÉCEMBRE 2009

Des militants organisent deux journées de corvée pour nettoyer la forêt des débris de type métal, verre et autres qui n’ont pas leur place dans ce décor naturel unique.

haut de page

NOVEMBRE 2009

Victoire écrasante de l’équipe de Nathalie Simon, Action citoyenne, aux élections municipales de Châteauguay. SOS Forêt Fernand-Seguin profite de la première assemblée du Conseil pour déposer la pétition de 12 145 signataires. Des résolutions sur la protection de la Forêt sont adoptées le soir même par le nouveau Conseil.

OCTOBRE 2009

Début de la campagne électorale municipale; les candidats sont invités à s’engager à protéger et à mettre en valeur la forêt de Châteauguay.

À Châteauguay, le parti Action citoyenne prend, dès le départ, une position ferme en faveur de la forêt. Les autres partis hésitent ou promettent une protection partielle.

À Léry, 5 candidats incluent la protection de la forêt dans leur programme mais la problématique des égouts domestique prend le dessus des débats électoraux.

haut de page

SEPTEMBRE 2009

L’organisme SOS Forêt Fernand-Seguin est exclu du comité aviseur par le Maire Pavone.

SOS Forêt Fernand-Seguin met la main sur les copies des mémoires déposés et rend public le très large consensus exprimé par les citoyens. Un total de 584 mémoires et opinions ont été déposés; 92% sont en faveur de la protection totale du territoire du corridor vert.

AOÛT 2009

Fin de la période de dépôt des mémoires des citoyens et création d’un comité aviseur ayant pour mandat d’analyser les opinions émises dans le but de faire des recommandations au Conseil municipal.

haut de page

JUILLET 2009

Début du dépôt des mémoires des citoyens à la Ville de Châteauguay. Plusieurs de ces mémoires sont diffusés par le journal Le Soleil.

JUIN 2009

Soirées d’information publiques dans le cadre de la consultation publique sur « l’avenir du secteur Sud-Ouest ». Ces soirées ont donné lieu à de nombreuses dénonciations des procédures utilisées ainsi la piètre qualité de l’information présentée. Malgré l’accessibilité limitée de ces soirées, les citoyens ont été nombreux à y participer.

haut de page

MAI 2009

19 MAI - Étant sans nouvelle du maire Pavone, SOS Fernand-Seguin prend part à l’assemblée du conseil municipal. On demande au maire de nous informer de l’état d’avancement du dossier. Il nous informe qu’il y aura une conférence de presse le lendemain matin. Il en profite pour nous inviter à la dernière minute. Nous n’aurions jamais été invités autrement. Il prend aussi l’engagement de nous fournir les documents relatifs aux mandats données aux consultants dans la préparation de la consultation.

20 MAI - Lors de la conférence de presse, le maire présente les détails d'une consultation publique qui a très peu en commun avec ce que nous avions convenu avec lui.

27 MAI - SOS Fernand-Seguin fait une ultime rencontre avec le maire Pavone pour corriger le tir. Ce dernier est d’accord avec l’ensemble de nos recommandations. Il s'engage à ce que les fonctionnaires munici-paux qui pilotent le dossier y donnent suite.

28 MAI - Alors que le maire Pavone est en route pour le Pérou, un courriel émis en après-midi par René Lemaire, un de ses lieutenants, nous apprend que nos recommandations ont été refusées.

haut de page

MARS 2009

18 MARS - SOS Fernand Seguin rencontre le maire Pavone pour en discuter. Le maire s’engage à respecter ces principes et bonnes pratiques et à nous transmettre les documents produits par les firmes de consultants mandatés par la ville afin que SOS Fernand-Seguin puisse collaborer au processus de consultation

22 MARS - Suite à la rencontre du 18 mars, SOS Fernand-Seguin est convoqué à une réunion par le maire Pavone. Le maire nous présente quatre plans partiels qui correspondent aux quatre scénarios qui seront présentés à la population. Le maire s’engage à nous faire suivre les informations manquantes plus tard…

FÉVRIER 2009

Conférence de presse du maire de Châteauguay. Le maire confirme la préparation d’un plan de conservation, et de la tenue, au printemps, d’une consultation de la population sur le développement du secteur du boisé.

Participation de citoyens de Léry à l’assemblée du conseil de la ville.
En réponse aux questions des participants, le maire Yvon Maillot réaffirme son intention de favoriser le développement domiciliaire et promet de sauver 10% de la forêt.

3 FÉVRIER - Face à la pression de la population, la ville de Châteauguay annonce l’élaboration d’un plan de « développement et conservation » ainsi que la tenue d’une consultation publique au printemps.

26 FÉVRIER - SOS Fernand-Seguin fait parvenir aux élus notre vision d’une consultation ainsi que des exemples documentés de principes directeurs et des bonnes pratiques à respecter dans le déroulement de cet exercice démocratique.

JANVIER 2009

Envoi de plus de 150 lettres de demande d’appui aux organismes communautaires de la région.

Le ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs annonce un important programme de subvention pour l’acquisition de terres privées pour en assurer la conservation. La richesse de la biodiversité qu’abrite la forêt  de Châteauguay-Léry en assure l’éligibilité à ce programme.

Reportage de Radio-Canada sur notre projection « sur boite de camion » à l’heure de pointe du matin au pied du pont Mercier. Ce reportage diffusé sur tout le réseau (RDI, la télé de Radio Canada et la radio) était suivi d’une entrevue du Maire de Châteauguay.

Participation de nombreux partisans de SOS Fernand Seguin à l’assemblée du conseil municipal de Châteauguay. Dépôt d’un document d’étude légale démontrant que les lois du Québec offrent aux municipalités tous les outils nécessaires à la protection des espaces naturels. Nos questions au conseil permettent de rectifier le tir quant à la préparation, par la ville, d’un plan de conservation et de mise en valeur des espaces naturels. Ce plan est un outil important qui permet d’identifier les secteurs à haute valeur écologiques en vue de les protéger. Le maire Sergio Pavone promet d’y voir.

DÉCEMBRE 2008

Reportage sur la forêt Châteauguay-Léry et la mobilisation menée par SOS Fernand-Seguin diffusé sur le réseau de télévision anglophone CTV.

NOVEMBRE 2008

Dans le cadre de la campagne électorale provinciale, tous les chefs de parti et tous les candidats qui se présentent dans le comté de Châteauguay sont interpellés. Le comité SOS Fernand-Seguin demande à chacun de s’engager à imposer un moratoire sur l’ensemble de la ceinture verte et à intervenir pour que les terrains appartenant au ministère des Transports du Québec (qui ne sont plus nécessaires depuis que la modification du tracé de l’autoroute 30 a déplacé la bretelle d’accès), soient cédés au ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec. Cette intervention auprès des politiciens est rendue publique par le biais d’un communiqué de presse expédiés à la fois aux médias locaux et nationaux.

Dans l’édition du 9 novembre 2008 du Journal de Montréal, Hubert Reeves consacre sa chronique à la protection de la ceinture verte Châteauguay-Léry, sous le titre « Entendre SOS ». Ses propos viennent confirmer son appui à la cause.

Rencontre importante des maires de Châteauguay et de Léry, ainsi que de représentants d’Héritage Saint-Bernard, de Conservation de la nature Canada (CNC), et de SOS Fernand-Seguin, le 12 novembre. Suite aux discussions entre les intervenants, le maire de Châteauguay accepte d’entrouvrir la porte à un partenariat avec CNC. Pour sa part, Conservation de la nature offre de supporter 50% des coûts d’acquisition des terrains pour en faire des aires protégées. Un statut de conservation à perpétuité devra être imposé sur ces terrains. CNC offre également ses services pour rencontrer les propriétaires concernés, en collaboration avec la ville de Châteauguay. De son côté, le maire de Léry refuse de prendre position pour la protection de la ceinture verte Châteauguay-Léry.

Une soirée « pétition » a lieu le vendredi 21 novembre au Centre d’achat régional de Châteauguay : 704 signatures sont ramassées en 3 heures. Nous dépasserons bientôt le cap des 6000 supporteurs.

Dans son édition du 19 novembre, The Gazette publie un article sur les enjeux de la  sauvegarde de cette forêt. Une deuxième présence dans les journaux nationaux.

OCTOBRE 2008

M. Hubert Reeves, astrophysicien et grand défenseur de l’environnement, appui notre cause et accepte d’agir à titre de porte-parole de SOS Fernand-Seguin. M. Reeves connaît la région pour y avoir passé les étés de sa jeunesse au chalet familial. Les espaces naturels de Léry lui ont fourni un cadre idéal pour développer sa curiosité et son respect de la nature. Les premiers chapitres de son dernier livre portent sur l’effet déterminant de cette environnent sur sa vie et sa carrière.

L’organisme Conservation de la nature du Canada (CNC) confirme son intérêt pour notre forêt et accepte d’intervenir. Fort de son expertise et de ses moyens financiers, cet organisme devient un partenaire important. Une rencontre est planifiée afin de réunir autour d’une même table les maires des deux villes concernées, ainsi que des représentants d’Héritage Saint-Bernard, de CNC et du comité SOS Fernand-Seguin à qui revient l’initiative.

Conférence de presse pour les médias locaux et envoi d’une pochette de presse à tous les médias nationaux de la région de Montréal.

Le nombre de signataires de la pétition dépasse les 4000 personnes.

SEPTEMBRE 2008

La pétition se poursuit et le nombre de supporteurs ne cesse de grandir. Nous atteignons les 3000 noms.

Des représentants de SOS Fernand-Seguin rencontrent le maire de Léry.

Les intentions du maire sont fermes : promouvoir au plus vite le développement domiciliaire du territoire forestier qui se trouve dans les limites de sa municipalité. Se présentant comme un grand défenseur de l’environnement, il ne promet de préserver que seulement 10% du boisé…

L’analyse de la  documentation réserve de belles surprises. Depuis le Frère Marie-Victorin qui a identifié une première plante rare à Châteauguay en 1928 (l’Aubépine ergot-de-coq), la richesse unique de ce territoire attire de nombreux scientifiques qui  lancent tous un cri d’alarme pour que ce territoire soit protégé.

Le groupe de botanistes FloraQuebeca, dirigé par André Sabourin, effectue sa sortie automnale dans notre boisé. Le territoire situé à Léry est visité et confirme la présence de plusieurs espèces rares déjà répertoriées à Châteauguay. De plus le groupe a découvert la présence de Doradille ébène (asplenium platyneuron), plante très rare. Il n’y a qu’une douzaine d’occurrences au Québec pour cette espèce, dont la moitié est historique (récoltes datant de 20 ans ou plus). Cette plante est donc la treizième espèce rare inventoriée dans le boisé de Châteauguay-Léry.

AOÛT 2008

Le groupe de bénévoles s’élargit et se dote d’une stratégie pour les mois à venir.

Des lettres de demande d’appui sont envoyées aux principaux groupes écologiques du Québec.

Des lettres d’intention sont envoyées à tous les intervenants concernés par le dossier: ministères, députés, conseils municipaux, MRC, directions régionales et autres.

Des recherches permettent d’étoffer la documentation sur divers aspects: la flore, la faune, l’avifaune, les titres de propriété des terrains concernés, les programmes de subvention en vue de la protection et de l’acquisition de la forêt, etc.

Un botaniste de renom, André Sabourin, effectue pour le compte de la ville de Châteauguay un inventaire floristique sur une importante partie du territoire. Le rapport est gardé secret et, malgré nos demandes répétées, nous n’avons pu en obtenir copie.

JUILLET 2008

Inauguration du site Internet www.sos-fernand-seguin.com qui vise à faire connaître notre mission et met en ligne notre pétition.

Parution d’un article dans l’hebdomadaire local Le Soleil qui explique les positions de notre groupe et qui illustre, photos à l’appui, le massacre de 1 million de pieds carrés du patrimoine forestier du Québec méridional afin d’ériger un centre de soccer intérieur.

Le 2 juillet 2008, le comité SOS Fernand-Seguin mobilise une cinquantaine de citoyens pour assister à l’assemblée du conseil municipal de Châteauguay et interpeller les élus sur l’avenir de la ceinture verte. Voici un résumé des propos qui ont été échangés.

Lors de la première période de questions, Guy Turcotte, porte-parole du comité SOS Centre écologique Fernand-Seguin, a fait une présentation du dossier, puis a posé deux questions au maire Pavone. Ce dernier a dit qu’il était très sensible à la cause, que ça lui tenait beaucoup à cœur, ainsi qu’aux membres du Conseil. Il dira plus tard que c’est unanime. Il ajoutera qu’il va être le premier à signer notre pétition en tant que citoyen. Il dit avoir été surpris d’apprendre que la Ville ne possédait que 43 hectares du centre écologique; jusqu’à maintenant, il croyait que toute la partie boisée appartenait au domaine public.

En réponse à la première question (« Le conseil de ville peut-il nous promettre un véritable plan de conservation et de mise en valeur des milieux naturels? »), le maire voit trois options possibles :

1) Laisser aller le développement sauvage, sans tenir compte de l’environnement; ce serait bon sur le plan des revenus fiscaux.
2) Se doter d’un plan d’intégration, d’aménagement adéquat, avec les pressions fiscales, économiques que cela suppose.
3) La Ville peut acheter les terrains privés, si les citoyens sont d’accord. Pour cela, il faut informer la population sur la valeur du site et aussi sur ce que ça représente en pertes de revenus au cours des prochaines années. Cela implique que nous mettons tous la main dans nos poches.

Pour ce qui est de la deuxième question (« Le conseil peut-il nous garantir qu’il n’y aura aucun arbre coupé sur le territoire identifié par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) jusqu’à ce qu’un plan de conservation et de mise en valeur soit adopté? Pouvons-nous être assurés que les policiers seront outillés en matière de réglementation, afin de pouvoir intervenir efficacement au premier son de « Chain Saw »?), le maire a dit qu’il allait vérifier s’il y avait possibilité d’un moratoire, mais, à première vue, il ne pensait pas que cela était possible. Il a ajouté : « On va vérifier ce qu’on peut faire légalement. Nous allons aller au maximum des pouvoirs qu’on a ».

En réponse à une question au sujet de la superficie défrichée à ce jour, le maire a dit que c’est celle pour le stationnement et la bâtisse du centre de soccer qui était réalisée. Quelqu’un dans la salle, monsieur Jacques Roy, le directeur du développement à la ville de Châteauguay, a ajouté qu’un biologiste engagé par Héritage Saint-Bernard et payé par la Ville a établi qu’il y avait potentiellement des arbres à protéger sur le stationnement; le maire a confirmé la collaboration avec Héritage Saint-Bernard et ajouté que les arbres visés avaient été protégés.

Le maire a dit qu’il aimerait qu’on invite le plus grand nombre de citoyens possible à étudier les options qui s’offrent à la Ville dans ce dossier. Il a souhaité que ça fasse la « Front page » du journal régional, afin d’amener le plus grand nombre à réfléchir à la question.

Suite à une question à propos de l’Aubépine ergot-de-coq, dont la présence au Québec se limite exclusivement à ce secteur de la région de Châteauguay, le maire a affirmé : « On va impliquer le ministère de l’Environnement ».

Dix pochettes présentant le dossier, ainsi que le plan de conservation et de mise en valeur des milieux naturels de Longueuil, ce dernier à titre de modèle, ont été remises aux autorités municipales lors de cette assemblée.

 
Actualités:
+ TOUTES LES ACTUALITÉS

 

 

 
haut de page
 
Site conçu par Julie Hamilton / Photos: Dominic Gendron et Julie Hamilton